*Assemblée générale du 18 janvier 2014

L'Assemblée générale statutaire de la CNARELA s'est tenue à la Sorbonne le 18 janvier 2014.

Lisez ici le compte rendu ainsi que la motion adoptée au cours de cette assemblée. 

*Journées de l'Antiquité 2014

     

Cette année encore les ARELA participent activement  à l'organisation de Journées de l'Antiquité. 

Consultez le programme

des Journées de l'Antiquité en Pays de Loire (avec la participation de l'APLG)

du Printemps de l'Antiquité organisé dans l'Académie de Clermont-Ferrand (ARELACLER)

http://www.arelacler.free.fr   

du Printemps de l'Antiquité en Bretagne (ARELABretagne)


des Journées de l'Antiquité  en Languedoc-Roussillon (ARELAM), et en Provence-Côte d'Azur (AGAP et ARELAN)  http://www.cpaf.cnrs.fr/spip.php?rubrique47 

*Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (12 mai 2014)

 

Cnarela

Monsieur le Ministre,

 

Au moment où vous prenez des mesures pour améliorer la situation dans l’Éducation nationale, la CNARELA, (www.cnarela.fr), coordination regroupant 28 associations régionales de défense et de promotion des Langues et Cultures de l’Antiquité (LCA), vous adresse un appel solennel. Nos associations, qui rassemblent des professeurs des enseignements du secondaire et du supérieur, sont très préoccupées par l’évolution de tout le cursus des lettres classiques.

La préparation de la rentrée 2014 s’achève et de graves sujets d’inquiétude s’imposent à nous :

-     à l’entrée en 5e, niveau où se choisit l’option facultative permettant d’étudier le latin, faute de moyens horaires, les établissements n’ouvrent pas le nombre de divisions nécessaires pour accueillir tous les élèves qui se sont inscrits en fin de 6e;

-     à l’entrée en seconde, de nombreux élèves qui veulent poursuivre l’étude du latin ou du grec en sont empêchés pour diverses causes : sectorisation des options, non prise en compte des vœux d’option par le logiciel AFFELNET, seuils d’ouverture de section fixés arbitrairement par les rectorats ;

-     des informations contradictoires circulent concernant la fermeture de la préparation à l’agrégation interne et externe de lettres classiques au CNED. Ces incertitudes dissuadent les collègues désireux de s’inscrire.

Comment espérer trouver des professeurs si l’on décourage les élèves qui souhaitent découvrir ces disciplines, asséchant ainsi le vivier ? Comment espérer maintenir l’intérêt des élèves si l’on empêche les enseignants de progresser ?

Nous vous demandons donc instamment de prendre au plus tôt toutes les mesures nécessaires pour mettre un terme à ce saccage méthodique de disciplines dont l’apport est fondamental dans la formation de l’individu et du citoyen et nous tenons à votre disposition pour toute rencontre si vous souhaitez dialoguer avec la Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes.

 

Espérant que vous accueillerez favorablement notre requête, nous vous prions d’accepter, Monsieur le Ministre, l’expression de nos sentiments très respectueux.

Sylvie Pédroaréna,

 présidente de la CNARELA

 

Cette lettre ouverte sera largement diffusée et publiée sur notre site.

*Assemblée générale du 17 mai 2014

Lisez le compte rendu de l'assemblée générale qui s'est tenue à la Sorbonne le 17 mai dernier.

*Heureux événement

Une nouvelle association vient d'adhérer à la CNARELA :
l'APGLAV (Association des Professeurs de Grec et de Latin de l'Académie de Versailles).

Pour rejoindre ses adhérents contactez :

Mme Dominique Méhu, 15 rue Colette, 78860 Saint-Nom la Bretèche,
dominique.mehu@noos.fr

*Compte rendu de l'AG du 22 octobre 2013

La CNARELA a tenu sa première assemblée générale de l'année scolaire

le 22 octobre 2013, au Musée Départemental Arles Antique.

Le compte rendu est disponible ici.

*APPEL POUR LE LATIN ET LE GREC

 

http://chn.ge/Hfw25A
1er mars 2014 : 8502 signatures

18 personnalités du prestigieux Cercle Gutenberg, de Strasbourg,
appartenant au monde des Sciences  comme à celui des Lettres,
soutiennent notre appel.
Téléchargez
leurs noms.

 

SAUVONS  L'ENSEIGNEMENT DU LATIN ET DU GREC EN FRANCE

À la rentrée 2012, plus de 500 000 élèves étudiaient le latin ou le grec. Ce chiffre témoigne de l’intérêt profond des élèves et des familles pour ces enseignements qui sont le fondement de savoirs multiples, consacré par la nouvelle dénomination de ces matières dans l'enseignement : Langues et cultures de l'Antiquité.

UN ENRACINEMENT PROFOND DANS LA CULTURE SCOLAIRE.

Une maîtrise linguistique. Le latin et le grec aident à maîtriser non seulement la langue française mais aussi les nombreuses langues vivantes nourries par ces langues mères. Le latin et le grec donnent ainsi accès à la compréhension précise et fine du vocabulaire, à toute l’étymologie du langage savant international, et à un système original de pensée et d'expression.

Une base culturelle. Les programmes de français, d'arts et de sciences humaines, au collège comme au lycée, mettent l’accent sur les liens qui unissent la culture moderne et contemporaine aux œuvres fondamentales de l'Antiquité. Quant aux élèves, ils constatent eux-mêmes que le latin et le grec les ouvrent à la réflexion scientifique, politique et philosophique.

Un esprit humaniste. Plus largement encore, le latin et le grec sont des langues de culture qui permettent d’appréhender l’identité européenne et d’intégrer des jeunes d’origine étrangère. Ces sources de notre passé contribuent ainsi à la formation du sens historique et du jugement, par l'apprentissage à la fois de la distance et de la proximité.

MAIS L’ADMINISTRATION FRAGILISE SOURNOISEMENT CES ENSEIGNEMENTS

 

À la veille de la rentrée 2013, et en dépit des promesses faites à la CNARELA à la rentrée 2012, on assiste à une éradication de l’enseignement du latin et du grec sur le terrain et à tous les niveaux, du collège à l’université jusqu’aux concours de recrutement.

 

Un statut fragile. Les textes officiels qui semblent protéger ces savoirs et cette formation, en ce qui concerne les horaires, le suivi et la sanction au baccalauréat, ne sont que des leurres. Le latin et le grec sont dans les cursus scolaires des matières optionnelles, et à ce titre souffrent d'une véritable déréglementation que l'autonomie des établissements ne cesse d'accroître. Les horaires hebdomadaires ne sont pas respectés, les options sont soumises à une logique comptable drastique, et les sections sont même parfois directement supprimées par les rectorats.

Au collège, l'inscription en 5e (la première année de latin) ou en 3e (la première année de grec) peut être refusée, les classes comportant un numerus clausus variable selon les académies.

Au lycée, le latin et le grec, pourtant théoriquement accessibles dans les lycées généraux à tous les lycéens de toutes séries jusqu'au baccalauréat, sont très souvent délibérément sacrifiés par l'administration, par mesure d'économie.

Dans l’enseignement supérieur, la recherche se trouve ainsi sérieusement compromise et le rayonnement culturel de la France en pâtit.

Une éradication silencieuse s'installe ainsi. Au fil des obstacles récurrents, l'effectif des élèves qui veulent étudier le latin ou le grec baisse ainsi graduellement du collège au lycée. L'égalité républicaine devant l'instruction est rompue, et force est de constater que l'injustice sociale, culturelle et géographique est criante.

Un recrutement désorganisé des professeurs. La formation secondaire des élèves devenue ainsi lacunaire et inégalitaire, le nombre des candidats aux études universitaires et aux concours de lettres classiques (français, latin et grec) diminue régulièrement. Le ministère vient de s'en saisir pour modifier le recrutement des professeurs de lettres : le concours du CAPES de lettres classiques est fusionné avec celui de lettres modernes, sans garantie de la préservation de postes spécifiques.

L'enseignement du latin et du grec en France est donc menacé.

CETTE SITUATION DOIT CHANGER.

Nous vous demandons de faire respecter et appliquer, dans les instances qui sont les vôtres, les textes officiels concernant le latin et le grec et de prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver la transmission équitable de savoirs et de cultures irremplaçables dans un monde qui a besoin d'esprits riches, libres et inventifs.

 S.E.L (Sauvegarde des Enseignements Littéraires),
l'APLAES (Association des Professeurs de Langues Anciennes de l'Enseignement Supérieur)
et S.L.L (Sauver les Lettres) s'associent à cet Appel.
                                                            Téléchargez une version imprimable du texte.
                                                      
Contact : sylvie.pedroarena@orange.fr
 

Journées d'octobre 2013 en Arles

Les Journées d'octobre de la CNARELA, organisées par l'AGAP (Aix-Marseille)

autour du thème "Échanges en Méditerranée",

se dérouleront les 21, 22 et 23 octobre 2013.

Découvrez le programme ainsi que les informations pratiques.